Le guide de l écotourisme & du voyage responsable depuis 2012

Écotourisme en Guadeloupe, la perle des Antilles

Écotourisme en Guadeloupe, la perle des Antilles

Lovée entre l'équateur et le tropique du Cancer, la Guadeloupe est l’île la plus étendue et probablement la plus belle de l’archipel des Antilles, à la fois battue par l’Atlantique et bercée par la mer des Caraïbes.

Des sept îles qui la composent, Karukera (« l’île aux belles eaux », en langue caraïbe) est la plus grande et la plus facilement reconnaissable à sa forme de papillon, autour duquel gravitent Les Saintes, Marie-Galante et La Désirade.

Ses paysages variés abritant une incroyable biodiversité en font une destination privilégiée pour les amateurs d’écotourisme. Des longues plages de sable blanc aux lagons turquoises bordées de mangroves et de cocotiers de la Grande Terre, aux plages sauvages de sable noir ou ocre de la Basse Terre, en passant par les jungles luxuriantes du centre, dominées par le majestueux volcan de la Soufrière, la Guadeloupe a plus d’un atout pour séduire ses visiteurs, marcheurs comme plongeurs, ou simples adeptes de farniente.

En couple ou en famille, venez vivre un séjour d'écotourisme unique en immersion au cœur de la nature sauvage et de la culture créole  !

On aime particulièrement

  • Les plages paradisiaques de la Grande Terre
  • Les paysages sauvages et luxuriants de la Basse Terre
  • La multitude d’activités possibles en famille
  • Les nombreux gîtes et ecolodges de charme de l’île
  • La richesse de la culture créole, les saveurs exotiques de sa gastronomie

Deux terres distinctes séparées par un bras de mer : la Grande-Terre à l’est et la Basse-Terre à l’ouest

Deux terres distinctes séparées par un bras de mer : la Grande-Terre à l’est et la Basse-Terre à l’ouest

La Guadeloupe est un département d’outre-mer et une île française de l’archipel des Antilles (ou Caraïbes) constituée de deux terres distinctes séparées par un bras de mer appelé « la Rivière-Salée ».

La Grande-Terre se trouve à l’est et la Basse-Terre à l’ouest, auxquelles viennent s’ajouter plusieurs îles et îlets dont Marie-Galante, l’archipel des Saintes et la Désirade.

Soit au total un « archipel » de quelques 1700 km2, dont 1436 km2 pour le simple territoire continental de Guadeloupe.

Bordée par la mer des Antilles à l’Ouest et par l’Océan Atlantique à l’Est, cette « île du vent » se distingue par la grande variété de ses paysages :

A l’Ouest, la Basse-Terre est un massif d’origine volcanique dominé par le volcan actif de la Soufrière, culminant à 1 467 mètres. Montagneuse et recouverte d'une abondante forêt tropicale, elle regorge de rivières et de cascades propices à la baignade, tandis que ses côtes abritent de jolies plages de sable noir et ocre.

Si la plupart des « dépendances » de la Guadeloupe sont d’origine corallienne, les 9 îles de l’archipel des Saintes, dont les deux principales sont Terre-de-Haut et Terre-de-Bas, sont également d’origine volcanique.

A l’Est, la Grande-Terre est un plateau calcaire dont le centre occupe la zone vallonnée de mornes appelés les « Grands-Fonds », tandis que son littoral est bordé de mangroves à l’ouest, de falaises et de côtes rocheuses au nord et à l’est, et de belles plages de sable blanc au sud.

C’est sur cette partie du littoral, à l’abri des récifs coralliens, que se situent les principales stations balnéaires de Guadeloupe, à savoir Gosier, Sainte-Anne et Saint-François.
C’est aussi en Grande-Terre que se situe le point le plus au nord de la Guadeloupe : la Pointe de la Grande Vigie, sur la commune d'Anse-Bertrand.

Du fait de son relief volcanique et de ses abondantes précipitations, la Basse-Terre concentre la majorité des cours d’eau de Guadeloupe. On y trouve notamment le plus long fleuve de l’île, la « Grande Rivière », à Goyave.

Le relief peu élevé de la Grande-Terre et la nature de ses sols limitent en effet la formation de cours d’eau. Les quelques rivières de Grande-Terre appelées « ravines » présentent en outre un faible débit. On y trouve cependant de nombreuses mares et « dolines » d’eau douce.

La grande diversité des écosystèmes de l’île

La grande diversité des écosystèmes de l’île

La grande diversité des écosystèmes de l’île a favorisé le développement d’une grande variété de faune, dont de nombreuses espèces endémiques, comme l’agouti doré et le racoon, une sorte de raton laveur devenu l'emblème du Parc national de Guadeloupe.

On y recense également de nombreuses espèces d’insectes et de coléoptères de grande taille, à l’instar du Dynaste Hercule, ainsi que de nombreux reptiles (dont l’iguane des Petites Antilles et la tortue caouane) et crustacés (crabe, ouassou, Bernard-l’ermite…).

La Guadeloupe est également un paradis pour les amateurs d’ornithologie. On peut notamment y observer des colibris huppés, des Pics de la Guadeloupe (une espèce endémique quasi-menacée), des faucons crécerelle, des pélicans bruns et des frégates sur le littoral Est.

La forêt tropicale humide qui recouvre une grande partie de la Basse-Terre abrite également une flore abondante et variée. On y croise notamment de très grands arbres, tels que le gommier blanc ou l'acomat-boucan pouvant atteindre jusqu’à 35 mètres !

La jungle dense de Basse-Terre est aussi favorable à l’épanouissement de nombreuses herbacées et plantes suspendues, telles qu’orchidées, lianes, broméliacées,… tandis que les forêts d’altitude (au-delà de 1000 m) sont recouvertes de savanes humides, de mousses, de lichens, mais aussi de plantes robustes comme l’ananas-montagne ou le fuchsias-montagne.

La Grande-Terre toutefois n’est pas en reste côté flore. Sa forêt « sèche » abrite de belles espèces de gommier rouge, courbaril et tamarinier, tandis que celle du littoral est parsemée de raisiniers bord de mer, de mancenilliers, d’icaquier et de cocotiers.

Les zones les plus arides de Grande-Terre abritent également de nombreuses espèces de cactus, des aloès et des figuiers de Barbarie, quand les mangroves situées à l’ouest sont peuplées de palétuviers rouge, noirs et blancs, entre lesquels se réfugient de nombreux poissons et crustacés.

La flore et la faune sous-marine de Guadeloupe est également remarquable du fait des récifs coralliens qui entourent et protègent l’île, dont celui situé dans le Grand Cul-de-sac Marin, le plus long des Petites Antilles, classé « zone humide d’importance internationale ».

tortue marine en Guadeloupe

On y recense pas moins de 50 espèces de coraux, incluant les gorgones, mais aussi des éponges, des anémones de mer, des oursins, des étoiles de mer, des mollusques… ainsi qu’une grande variété de poissons, parmi lesquels le perroquet, l’ange, le poisson-chirurgien, le congre, la murène, le mérou, la raie pastenague et la raie léopard.

Les précieux herbiers qui tapissent le lagon du Grand Cul-de-sac Marin sont un véritable eldorado pour les plongeurs !

Les fonds marins de Guadeloupe sont aussi le refuge des tortues, dont la fameuse tortue « karet » et la tortue verte, et des cétacés, comme la baleine à bosse, le Grand Cachalot ou le dauphin de Fraser.

Une biodiversité dont la protection est assurée par les réserves naturelles et le Parc National de Guadeloupe.

En 1993, la Guadeloupe et ses dépendances ont été classées Réserve de la Biosphère par l’UNESCO, devenant ainsi le Département d'Outre-Mer doté du plus grand nombre d'espaces protégés.

Que voir/que faire en Guadeloupe ?

Que voir/que faire en Guadeloupe ?

Grande-Terre et ses belles plages de sable blanc est la destination idéale pour un séjour balnéaire en famille.

Les amoureux de la Nature en quête d’aventure et de défis sportifs, préfèreront séjourner à Basse-Terre et profiter du cadre idyllique d’un ecolodge aux portes du Parc National de Guadeloupe pour se détendre après une journée de découverte active de l’île.

Randonnée, canyoning, kayak, plongée sous-marine… Les activités ne manquent pas pour agrémenter votre séjour d’écotourisme en Basse-Terre !

Partez à l’assaut du fameux volcan de la Soufrière, puis relaxez-vous dans les Bains Jaunes, une source naturelle d’eau chaude située au pied du volcan.

De par son origine volcanique, la Basse-Terre compte en effet plusieurs sources thermales, dont les Bains Jaunes, dans la commune de Saint-Claude, et les Bains sulfureux de Sofaïa, à Sainte-Rose. Un centre de thermalisme et de balnéothérapie a également vu le jour au Lamentin (la « Ravine Chaude »).

Envie de fraîcheur ? Le Parc National de Guadeloupe recèle de multiples cascades avec de belles piscines propices à la baignade. Parmi les plus prisées, la Cascade aux Ecrevisses et le Saut de la Lézarde, sans oublier les fameuses Chutes du Carbet.

Côté mer, la Basse-Terre offre également de belles plages de sable doré, comme à Deshaies ou Sainte Rose, et de sable noir, comme à Bouillante, le paradis des plongeurs ! En snorkeling ou en plongée sous-marine, partez explorer les superbes fonds-marins de la Réserve Cousteau !

plage en guadeloupe

Alliez nature et culture et visitez le Parc Archéologique des roches gravées à Trois-Rivières. Ce magnifique jardin tropical abrite de nombreuses plantes locales ainsi que d’étonnants pétroglyphes !

Outre de belles plages et des paysages luxuriants, la Guadeloupe possède de remarquables sites culturels et historiques, parmi lesquels le Mémorial ACTe dédié à l’esclavage, le Musée Schoelcher et le musée Saint-John-Perse (des costumes créoles) à Pointe-à-Pitre ; le musée de la Guadeloupe à Basse-Terre, ou encore L’écomusée des Arts et Traditions populaires à Marie-Galante et le Fort-Napoléon aux Saintes.

Les petites îles du reste de l’archipel offrent également de belles possibilités d’excursions hors des sentiers battus.

Découvrez par exemple la réserve naturelle de Petite-Terre, le paradis des iguanes, ou encore l’authentique Marie-Galante avec ses moulins et ses champs de canne à sucre.

Quand voyager en Guadeloupe?

Quand voyager en Guadeloupe?

S’il fait bon voyager au soleil de Guadeloupe, il ne faut pas oublier qu’il pleut et vente aussi parfois !

Méfiez-vous par ailleurs des grosses chaleurs de l’été et ne comptez pas sur la mer pour vous rafraîchir !

De juillet à octobre, la température de l’eau peut dépasser 29 °C et descend rarement au-dessous de 24 °C durant la saison sèche. Pour trouver un peu de fraîcheur, il faudra aller dans les hauteurs de la Basse-Terre.

L’ascension de la Soufrière vous fera notamment découvrir de multiples climats et vous rafraîchira franchement au sommet, l'humidité se condensant en nuages, prêts à arroser les plaines ! Si vous partez en randonnée à la journée, sachez que la nuit tombe tôt - le soleil se lève entre 5h et 6h et se couche entre 17h30 et 18h30 toute l’année – mieux vaut donc partir tôt le matin et rentrer avant le spectacle du fameux « rayon vert » !

La Guadeloupe connaît principalement deux saisons : une saison sèche et agréable de décembre à avril, qui correspond à la haute saison.

La température avoisine les 27 °C et les averses orageuses sont rares ; et une saison humide, de juin à novembre, aussi appelée hivernage, correspondant à la basse saison.

Certes il y a moins de touristes à cette époque et les prix sont plus doux, mais la chaleur (30°C au minimum) est étouffante et les pluies fréquentes en après-midi.

La présence de microclimats vient néanmoins nuancer ces phénomènes. Mai, juin et novembre semblent être de bons compromis pour découvrir la Guadeloupe en fleurs sous d’agréables températures, à l’écart des foules et à moindre coût.

En revanche, évitez les mois d’août et de septembre, propices aux cyclones.

Ecolodge en Guadeloupe

Ecolodge en Guadeloupe

Pour votre séjour en écolodge en Guadeloupe, choisissez votre hébergement en chambres d'hôte de charme, camping, écogites ou hébergements insolites, pour découvrir la région de manière authentique. Pour une nuit, un weekend ou une semaine, profitez de votre séjour d'écotourisme en parfaite harmonie avec la Nature pour des vacances vertes en Guadeloupe

En savoir plus sur ces Ecolodges en Guadeloupe