Kenya : Ecovolontariat et protection de la faune sauvage

 
5.0 (3)
https://www.ecovoyageurs.com/media/reviews/photos/original/a4/ac/9a/IMG-5516-100-1389791069.jpg Benjamin Samaha Kenya : Ecovolontariat et protection de la faune sauvage
 

Venez participer aux activités du camp à Subukia, et découvrez un Kenya authentique et sauvage, tout en contribuant à la protection de l’environnement, des animaux de ferme, et de la faune sauvage. Un concept d’écovolontariat qui allie des objectifs d’éco-tourisme et de tourisme responsable.

Points forts :

  • Un voyage utile et enrichissant pour un séjour de 15j à 1 mois ou plus
  • L'encadrement par une vétérinaire et un guide naturaliste diplômé
  • Un programme d'activités à la carte selon vos goûts et vos capacités
  • La possibilité de faire des excursions pendant la mission
  • L'immersion totale dans un environnement préservé

En bref

Vol international : Vol non inclus
Accompagnement : Astrid, vétérinaire et biologiste, et Edwin, guide naturaliste
Hébergement :
  • Camp
  • Ecolodge
  • Gite
- Pension complète
Période : Toute l'année
Conditions : 7 ans - Accessible à tous
15 jours à partir de 950€ /pers (base 1 pers)

Détails de cet ecovolontariat au Kenya

Voyage sur-mesure : Ce programme est une trame d’itinéraire pouvant être modifiée selon vos souhaits pour le parcours, les hébergements, les activités,...
N'hésitez pas à indiquer vos envies à notre partenaire lors de votre demande de réservation !

Votre destination

Un cadre verdoyant, de très beaux paysages, une ambiance familiale et détendue, un environnement riche en faune et en flore, des contacts authentiques avec la population locale, de nombreux animaux domestiques, des activités variées...

Présentation du projet

Grâce à vous, nous allons pouvoir mener à bien nos différentes missions :

- Recenser et étudier le comportement des animaux sauvages de cette aire protégée à des fins de conservation (singes, damans, oiseaux...)
- Impliquer les populations locales dans la protection de l’environnement, de la faune sauvage, mais aussi des animaux domestiques de la ferme (notamment des ânes), en favorisant (par l’éducation) les bons traitements et les bons comportements.
- Aider les enfants orphelins et réfugiés de Subukia en leur apportant nourriture, fournitures scolaires, vêtements etc. grâce aux dons versés à notre association ASES (aide et soutien aux enfants de Subukia)
- Recenser et identifier les arbres indigènes et rares et leurs vertus médicinales, là aussi à des fins de conservation et de protection de la forêt.
- Participer aux soins des animaux de la ferme et aux activités avec les chevaux
- Aider à l'entretien de la propriété par des travaux de jardinage.


Programmes de 2 semaines, 3 semaines, 1 mois, voire plus. Toute l’année.
Encadrement assuré par Astrid, vétérinaire et biologiste, et Korir, guide naturaliste diplômé et spécialisé en faune sauvage africaine.

Conditions requises :
Age indifférent.
Bonnes notions d’anglais. Toutes nationalités.
Assurance obligatoire.
Adaptabilité, capacité à vivre en groupe, rusticité, esprit d’initiative, bonnes conditions physiques, amour de la nature et des animaux domestiques et sauvages, désir de découvrir l’Afrique et ses habitants.

Sont bienvenus les étudiants ou personnes travaillant dans les domaines suivants : médecine vétérinaire, biologie, environnement, tourisme, éco-éthologie, soigneurs, assistants vétérinaires, mais aussi toutes autres activités en rapport avec les animaux, la protection de la nature, la conservation des espèces végétales et animales, les chevaux, le public, les enfants, l’étude des populations locales etc…Mais tout le monde peut postuler, l’essentiel est d’être motivé !

Activités proposées aux volontaires

Activités proposées (avec encadrement) en fonction des goûts et des aptitudes:

--Observation du comportement et recensement des colobes de Guéréza et des Cercopithèques à diadème

--Recensement et identification des oiseaux, et si possible des loutres de rivière, céphalophes, tortues léopard, damans des arbres…

--Inspection des animaux de la ferme (vaches, moutons, chevaux, ânes, chiens, oies, canards, pintades, dindons), aide aux soins, à la distribution de nourriture, au contrôle de l’état de santé

--Activités avec les chevaux, travail en liberté privilégiant le relationnel entre Humain et Cheval, promenades à l'extérieur

--Fabrication et distribution de licols et de harnais aux propriétaires des ânes des environs (avec le manager de la ferme) afin de les sensibiliser aux risques de blessures et d’infections liés à un mauvais harnachement (en collaboration avec le KSPCA/Donkey Sanctuary)

--Recensement et identification des arbres, plantes et fleurs

--Contrôle et entretien du café, du potager et des clôtures, travaux de jardinage dont boutures de bougainvilliers (avec le manager de la ferme)

--Promenades à pied et trekkings dans la vallée de Subukia, rencontres avec les habitants

--Aide aux enfants réfugiés (école maternelle) et orphelins que nous soutenons, rencontre avec l'institutrice et les enfants

--Initiation au swahili, éducation à la conservation, cours sur le comportement des animaux, sur les vertus médicinales des plantes (avec Korir)

--Possibilité d’aller à Nyahururu (Thompson Falls, hippopotames, Mission Saint-Martin), Nakuru (Parc National) avec participation aux frais, au cratère du Menengai (participation aux frais), au Village de Mary (mission catholique), à Lower Subukia (mission de Franciscains)...

--Possibilité d’aller à notre camp du Masai Mara au cours du séjour (pour les séjours de 3 semaines et 1 mois) avec participation aux frais

Votre temps libre

Les participants peuvent disposer de jours libres pour aller en safari (activité avec supplément:130 euros/p, 4 personnes minimum pour Nakuru 1 jour, 450 euros/p, 4 personnes minimum pour Maasai Mara 3 jours, moins de 4 personnes : nous consulter))

Hébergement et restauration

Le camp de base est situé à l’intérieur même de la propriété, dans un champ vallonné, non loin du lac et en bordure de forêt, les bandas (cases en dur) simples et rustiques, vous offrent néanmoins l’indispensable, tout en respectant un style typiquement africain. Elles sont au nombre de 6, d’une superficie de 25 m2 environ.Toutes sont équipées de salle de bain avec toilettes et d’un panneau solaire pour l’électricité. La literie est composée soit de deux lits pour une personne, soit d’un grand lit pour 2 personnes. Possibilité de rajouter un lit supplémentaire pour un enfant. Eau de source au robinet.

Les repas variés et préparés avec soin par les deux cuisiniers (entrée-plat-dessert, cuisine locale et internationale) sont servis à la paillote restaurant, sur le lac, où vous pourrez profiter de la vue et de la sérénité du lieu, observer les nombreux oiseaux, les singes et peut-être des loutres.

Tarifs et dates

10% de réduction en basse saison (mai, novembre) ou sur les séjours réservés plus de 9 mois à l'avance.

► Départs en groupe

Notre partenaire vous propose de rejoindre l'un des départs de groupe ci-dessous si vous êtes seul ou plusieurs. Les groupes sont de 12 pers max.
Si vous souhaitez rejoindre un groupe mais que les dates proposées dans le tableau ci-dessous ne vous conviennent pas, n'hésitez pas à contacter notre partenaire pour suggérer une nouvelle date de départ en groupe.
Date de départ Date de retour Départ de Prix TTC / adulte Taille du groupe Durée S'inscrire / Poser une option
Aucun départ proposé pour le moment. Vous pouvez contacter notre partenaire pour suggérer une nouvelle date.

► Départs privatifs (à partir de 1 pers)

Vous pouvez choisir vos propres dates si vous êtes 1 pers mininimum.
Période conseillée : Toute l'année
A partir de 950€ /pers (base 1 pers)
Transferts
Inclus
Tarifs
15 jours : 1200€ pour 1 personne - 1900€ pour 2 personnes (950 € /p)
3 semaines : 1600€ pour 1 personne - 2600€ pour 2 personnes (1300 € /p)
1 mois : 1800€ pour 1 personne - 2900€ pour 2 personnes (1450 € /p)
Possibilité de prolonger l'expérience sur demande

Suppléments safaris sur demande :
+ 130€/pers, pour Nakuru 1 jour (4 pers min),
+ 450€/pers, pour Maasai Mara 3 jours (4 pers min),
Moins de 4 pers : tarifs sur demande


-----> NOUVEAUTÉ 2014 : FORMULES ECONOMIQUES

1) Formule plus axée sur le travail à la ferme (entretien, maintenance, jardinage) et moins sur le tourisme utile (visites culturelles, aide aux enfants, excursions), les activités sportives (cheval, trekking) ou d’observation (singes, oiseaux) :

Vous travaillez tous les matins de 8h15 à 12h15 sur un ou des projets qui vous sont attribués en fonction de vos goûts et aptitudes(entretien du café, de l’herbe de napier, réparation des clôtures, des enclos, boxes et étables, entretien des fleurs, vernissage des tables et chaises d’extérieur, réparation des toits en herbe, nettoyage des rivières, entretien des chemins, désherbage, taille de haies, entretien des carrières pour chevaux…).

L’après-midi est consacré en revanche à des activités variées là encore en fonction de vos aspirations : trekking, activités avec les chevaux, aide aux enfants, visites culturelles, sensibilisation à la protection des ânes, visite de Subukia et de Nyahururu, observation des singes et identification des oiseaux, soins aux animaux de la ferme, étude des plantes médicinales, cours de swahili, sur les ethnies de Kenya ou la conservation, temps libre…

Conditions d’hébergement et de nourriture similaires aux autres éco-volontaires (chambres à 2 lits avec salle de bain dans une case africaine typique ou banda, repas au restaurant sur le lac).
Transferts de Nairobi à Subukia en transports en commun (bus ou minibus publics) et non en taxi privé, accompagnés par notre assistant Edwin qui vous accueille à l’aéroport.

Tarifs :
2 semaines : 650 euros par personne si vous venez à 2
900 euros en individuel
3 semaines : 850 euros par personne si vous venez à 2
1200 euros en individuel
1 mois : 980 euros par personne si vous venez à 2
1400 euros en individuel

Safaris avec supplément : mêmes conditions que pour l’éco-volontariat formule classique.



2) Formule séjour court 7 à 12 jours : programme varié prédéterminé alliant soins aux animaux de la ferme, aide aux enfants, activités avec les chevaux, travail d’entretien, maintenance et jardinage, observation des singes et identification des oiseaux, visites culturelles, rencontres avec la population, promenades à pieds/ trekkings, étude des plantes médicinales…

Conditions d’hébergement et de nourriture similaires aux autres éco-volontaires (chambres à 2 lits avec salle de bain dans une case africaine typique ou banda, repas au restaurant sur le lac).

Transferts de Nairobi à Subukia en transports en commun (bus ou minibus publics) et non en taxi privé, accompagnés par notre assistant Edwin qui vous accueille à l’aéroport.

Tarifs :
70 euros par jour et par personne si vous venez à 2
(soit de 490 euros/p à 840 euros/p pour un séjour de de 7 à 12 jours)
90 euros par jour en individuel
(soit de 630 euros/p à 1080/p euros pour un séjour de de 7 à 12 jours)

Programme : pour recevoir le programme détaillé pré-établi, nous contacter via Ecovoyageurs.

Safaris : pas de tarifs préférentiels pour les séjours courts d’éco-volontariat. Mêmes tarifs que des clients classiques
Ce qui est compris
Ces prix comprennent le logement, la nourriture, toutes les activités encadrées et guidées (y compris les activités sportives, les visites aux alentours etc.), le transfert de et à l’aéroport de Nairobi. Logement en bandas à deux lits, avec salle de bains.
Ce qui n'est pas compris
Billet d’avion, taxes, visas, assurances, suppléments safaris, extras de toutes sortes, boissons alcoolisées et sodas exclus.

Conditions

Age minimum
7 ans
Difficulté
- Accessible à tous
Autres conditions
Bonnes notions d’anglais. Toutes nationalités.
Assurance obligatoire.
Adaptabilité, capacité à vivre en groupe, rusticité, esprit d’initiative, bonnes conditions physiques, amour de la nature et des animaux domestiques et sauvages, désir de découvrir l’Afrique et ses habitants.

Sont bienvenus les étudiants ou personnes travaillant dans les domaines suivants : médecine vétérinaire, biologie, environnement, tourisme, éco-éthologie, soigneurs, assistants vétérinaires, mais aussi toutes autres activités en rapport avec les animaux, la protection de la nature, la conservation des espèces végétales et animales, les chevaux, le public, les enfants, l’étude des populations locales etc…

Mais bien évidemment tout le monde peut participer, l’essentiel est d’être motivé !

Accompagnement

Formules
Avec guide
Langue du guide
  • Français
  • Anglais
Encadrement
Astrid, vétérinaire et biologiste, Edwin, guide naturaliste diplômé et spécialisé en faune sauvage africaine, Samweal et Benjamin, guides locaux, Vincent, soigneur de chevaux, Erick co-directeur.

Transports

Situés à 2 km au nord de Subukia, 40 km au nord de Nakuru, 190 km au nord-ouest de Nairobi, sur l’Equateur.
Compter 3 heures de route depuis Nairobi (bonne route goudronnée), 1h de route depuis Nakuru. Un membre de l'équipe ou un de nos taxis de confiance pourra vous accueillir à l’aéroport de Nairobi ou à Nakuru.

Climat

Subukia est à 1950 m d’altitude, et bénéficie d’un climat tempéré et très agréable.
Températures maximales de 26°C à la saison sèche (janvier-février)
Les mois les plus frais sont juillet et août, avec des pluies très fréquentes l’après-midi. Pluies fréquentes en mai également et en novembre.
Le reste de l’année : pluies occasionnelles et températures moyennes autour de 23-24°C.

Santé

Aucun vaccin n'est obligatoire mais on conseille le tétanos, la typhoide et la fièvre jaune + un traitement préventif anti-paludéen si vous allez en safari (malarone, doxycycline).

Formalités

Nouvelles formalités visas: http://www.kenyaembassyparis.org/fr/immigration-consular/visas

Localisation du voyage

Inverser départ/arrivée

Tourisme responsable et développement durable

Les engagements de Wild Routes of Kenya

Wild Routes of Kenya Notre objectif est un tourisme respectueux de l’environnement et des animaux, en collaboration étroite avec la population locale, favorisant les rencontres authentiques avec les Kenyans. Nous aidons les enfants orphelins et réfugiés de Subukia grâce ...
► En savoir plus sur les engagements de Wild Routes of Kenya...

Avis des voyageurs

Moyenne des avis de 3 voyageur(s)

Note globale 
 
5.0
Conseil et services 
 
5.0  (3)
Activités 
 
5.0  (3)
Hébergement 
 
5.0  (3)
Restauration 
 
5.0  (3)
Développement durable 
 
5.0  (3)
Pour laisser votre avis, merci de vous enregistrer ou de vous .
Arnaud (33 ans):

Un séjour chez Astrid et Eric, ce n'est pas qu'un voyage, ce ne sont pas de simples vacances : c'est une expérience de vie. Quand on dit Kenya, on pense safari, grandes plaines et animaux sauvages. Et nombreux sont les touristes qui traversent le pays dans un nuage de poussière, allant de safari en safari, ignorant qu'il y a aussi des gens qui vivent ici.

En partant en éco-volontaire, c'est un Kenya authentique que l'on découvre. Près de la petite ville typique de Subukia, les bandas traditionnelles nous accueillent, aménagées avec quelques concessions au confort moderne (douche, électricité) mais pas trop quand même (eau chaude si on peut faire du feu sous le réservoir d'eau, électricité si il y a du soleil...). Le domaine de la ferme est, en lui-même, un immense terrain d'exploration avec son lac, ses zones humides, ses sous- bois, ses prairies. Les singes y évoluent en toutes liberté, les grues couronnées y cachent leur nid, les ibis par dizaine s'y retrouvent matin et soir en compagnie des hérons et autres calaos, les damans y trouvent refuge et les tortues léopards s'y promènent tranquillement au milieu des animaux de la ferme : vache, chevaux, oies, dindons, chèvre et chiens.

Le staff que l'on a la chance de côtoyer est incroyable de gentillesse, d'attention et de disponibilité. Que ce soient Erik et Astrid, les grands manitous de la ferme, ou tout le personnel, Korir et Edwin les guides, Benjamin, Vincent, Samweal, Christine, Sally, Abigail et tous les autres, tous sont ouverts, curieux, passionnés, motivés, complémentaires, humains. La nourriture d'Abigail et Sally est excellente et servie avec un éternel sourire : ah ! les soupes, les pancakes, les plats panés, les salades de fruits, les cakes... Pour ce qui est des activités, les journées sont bien remplies : découverte de la faune et de la flore, observation des colobes et des "blue monkeys", balade dans les environs, rencontre dans un camp de réfugiés, une association d'handicapés ou un orphelinat, cours de swahili et discussions sur la culture kenyane, soin aux animaux et complicités avec les chevaux sont au programme.

Les safaris possibles en option, que ce soit Nakuru ou le Maasaï Mara, sont absolument incontournables, bien évidemment : c'est un émerveillement de chaque instant. Guidés de main de maître par Korir, c'est tout le Kenya de carte postale qui se dévoile dans une richesse et une biodiversité incroyable.

Au final, au-delà des inévitables photos de lions, girafes, éléphants et autres rhinos que l'on rapporte de son voyage, on se surprends à accorder bien plus d'importance aux souvenirs beaucoup plus humains : le grand jeu collectif organisé par un instituteur pour fêter votre visite inattendue dans son école, les sourires de tous les enfants qui vous saluent d'un "how are you ?" approximatif et explosent de rire à votre réponse, quelle qu'elle soit, les chants et les danses improvisés par la famille de Samweal après le repas traditionnel partagé dans sa modeste mais chaleureuse maison, le fou rire d'Abigail tentant d'ouvrir une bouteille de vin, la gentillesse naturelle de tout un peuple heureux de vous rencontrer, le rire grave et rassurant de Benjamin, la tendresse toute en retenue de Korir ou d'Edwin au moment de se quitter...

On part finalement, on quitte ce petit bout d'Eden, changé, ressourcé, apaisé. Goûtant le bonheur d'avoir eu la chance de vivre cette expérience, savourant chaque souvenir comme un trésor, on pense déjà à y retourner, un jour...
Note globale 
 
5.0
Avis de Arnaud 13 décembre 2012

On quitte ce petit bout d'Eden, changé, ressourcé, apaisé.

Arnaud (33 ans):

Un séjour chez Astrid et Eric, ce n'est pas qu'un voyage, ce ne sont pas de simples vacances : c'est une expérience de vie. Quand on dit Kenya, on pense safari, grandes plaines et animaux sauvages. Et nombreux sont les touristes qui traversent le pays dans un nuage de poussière, allant de safari en safari, ignorant qu'il y a aussi des gens qui vivent ici.

En partant en éco-volontaire, c'est un Kenya authentique que l'on découvre. Près de la petite ville typique de Subukia, les bandas traditionnelles nous accueillent, aménagées avec quelques concessions au confort moderne (douche, électricité) mais pas trop quand même (eau chaude si on peut faire du feu sous le réservoir d'eau, électricité si il y a du soleil...). Le domaine de la ferme est, en lui-même, un immense terrain d'exploration avec son lac, ses zones humides, ses sous- bois, ses prairies. Les singes y évoluent en toutes liberté, les grues couronnées y cachent leur nid, les ibis par dizaine s'y retrouvent matin et soir en compagnie des hérons et autres calaos, les damans y trouvent refuge et les tortues léopards s'y promènent tranquillement au milieu des animaux de la ferme : vache, chevaux, oies, dindons, chèvre et chiens.

Le staff que l'on a la chance de côtoyer est incroyable de gentillesse, d'attention et de disponibilité. Que ce soient Erik et Astrid, les grands manitous de la ferme, ou tout le personnel, Korir et Edwin les guides, Benjamin, Vincent, Samweal, Christine, Sally, Abigail et tous les autres, tous sont ouverts, curieux, passionnés, motivés, complémentaires, humains. La nourriture d'Abigail et Sally est excellente et servie avec un éternel sourire : ah ! les soupes, les pancakes, les plats panés, les salades de fruits, les cakes... Pour ce qui est des activités, les journées sont bien remplies : découverte de la faune et de la flore, observation des colobes et des "blue monkeys", balade dans les environs, rencontre dans un camp de réfugiés, une association d'handicapés ou un orphelinat, cours de swahili et discussions sur la culture kenyane, soin aux animaux et complicités avec les chevaux sont au programme.

Les safaris possibles en option, que ce soit Nakuru ou le Maasaï Mara, sont absolument incontournables, bien évidemment : c'est un émerveillement de chaque instant. Guidés de main de maître par Korir, c'est tout le Kenya de carte postale qui se dévoile dans une richesse et une biodiversité incroyable.

Au final, au-delà des inévitables photos de lions, girafes, éléphants et autres rhinos que l'on rapporte de son voyage, on se surprends à accorder bien plus d'importance aux souvenirs beaucoup plus humains : le grand jeu collectif organisé par un instituteur pour fêter votre visite inattendue dans son école, les sourires de tous les enfants qui vous saluent d'un "how are you ?" approximatif et explosent de rire à votre réponse, quelle qu'elle soit, les chants et les danses improvisés par la famille de Samweal après le repas traditionnel partagé dans sa modeste mais chaleureuse maison, le fou rire d'Abigail tentant d'ouvrir une bouteille de vin, la gentillesse naturelle de tout un peuple heureux de vous rencontrer, le rire grave et rassurant de Benjamin, la tendresse toute en retenue de Korir ou d'Edwin au moment de se quitter...

On part finalement, on quitte ce petit bout d'Eden, changé, ressourcé, apaisé. Goûtant le bonheur d'avoir eu la chance de vivre cette expérience, savourant chaque souvenir comme un trésor, on pense déjà à y retourner, un jour...

Date du séjour
02 juillet 2012
Type de voyageur
Solo
Ceci vous a-t-il été utile ? 
Angèle 32 ans (qui venait pour la deuxième fois !)

Je suis toujours aussi impressionnée par les paysages, la faune et la flore et toujours aussi ravie par l’accueil des kenyans et le programme qu’Astrid et Erick nous réservent.

Le Kenya : un pays d’une grande richesse par la diversité de ses paysages, la vallée du Rift et ses montagnes volcaniques, les chutes de Thomson, l’environnement si vert de Subukia et le jaune de la savane de Mara. Le Kenya c’est aussi une grande richesse humaine, 42 ethnies et autant de langues, de coutumes et de cultures qui se marient en un joyeux mélange. On peut aisément y rencontrer les locaux qui ont plaisir à vous raconter leur vie, leur pays et rient de vous entendre dire deux mots de kiswahili mais ont à cœur de vous en apprendre plus.

Muringa Farm : la demeure de Mama Daktari, une femme d’exception qui apportait à bord de son petit avion, des soins médicaux aux tribus les plus isolées du Kenya. C’est dans ce lieu chargé d’histoire que nous séjournons.
Sa maison, pleine de ses biens et souvenirs, dont la majeure partie a été remise dans sa disposition originelle et une autre transformée en petit musée par les soins d’Erick et Astrid, nos hôtes. Nous avons ici la chance de toucher du doigt l’histoire d’une aventurière française, une femme altruiste qui reste pour moi un exemple !
La ferme est le lieu de nombreuses activités comme les soins aux animaux domestiques, l’observation des singes tantôt timides, tantôt joueurs, la découverte des usages médicinaux ou pratiques de la flore locale et tant d’autres …

Le staff, avec qui nous passons le plus clair de notre temps est là pour nous montrer, nous apprendre, nous faire comprendre et partager ce mois si dépaysant. Cette équipe de choc c’est Benja qui nous fait suer dans les activités sportives, Vincent et Joseph qui nous initient tout en douceur au travail en liberté avec les chevaux, Samweal qui nous fait découvrir avec beaucoup de gentillesse l’hospitalité kenyane, Ali et Abigaïl qui ravissent nos papilles matin, midi et soir ! Korir, guide impliqué, passionné et encyclopédie vivante sur la faune et la flore du Kenya, nous fait vivre de grands moments en safari.

Edwin, guide de chaque instant, perfectionniste du mot (ou comment remonter son niveau d’anglais en un mois !), d’un humour fin et généreux en explications sur tout ce qui nous entoure, bref notre accompagnateur particulier durant ce mois ! N’oublions pas Esther, discrète et souriante fée du logis, Erick-Mickaël et les autres cow-keepers ainsi que John et Hassan, nos gentils askari.

Durant ce séjour, nous avons également passé du temps avec les villageois, tels que Dixon notre taxi-moto, Shiro la marchande de jus de fruit qui nous a fait l’honneur de nous recevoir chez elle autour d’un repas Kikuyu, les orphelins de Lilian avec lesquels l’échange culturel est à l’honneur avec des jeux de question-réponse/France-Kenya ! Quel bonheur de passer aussi du temps dans la classe d’Harriet avec les enfants de l’école du camp de réfugiés. Un lieu simple et joyeux où se mêlent apprentissage, chants, jeux, partage avec des enfants souriants et curieux.

Mais pas de Kenya sans safari … Le premier à Nakuru où les oiseaux règnent en maître autour du Lake Nakuru, flamants roses, pélicans et tant d’autres. On a aussi la chance d’y croiser des rhinocéros, des singes et des damans des rochers.

Lors du deuxième safari dans le Maasai Mara, nous avons tout simplement l’impression de vivre dans un documentaire animalier !!! Oiseaux de toutes tailles, formes, couleurs. Nous avons pu voir les grands herbivores (antilopes, gazelles, zèbres, gnous …), suivis de près par les grands félins (lions, guépards, léopards), suivis à leur tour par les nettoyeurs de la savane (vautours, hyènes) sans oublier les éléphants, girafes, crocodiles …

Tant de choses à voir, à sentir, à vivre comme un après-midi dans une manyatta, village maasaï traditionnel. Emotion garantie lorsque les hommes du village dansent pour nous accueillir et nous invitent à danser par la suite avec les femmes, ou lors de la visite de la maison traditionnelle. Peuple vêtu de rouge, guerrier, berger qui conserve ses coutumes, les Maasaï nous offre ainsi la chance de comprendre leur existence simple et rude dans un pays sauvage : le Maasaï Mara !

Tant d’autres choses à dire à décrire mais je laisse un peu de place aux autres futurs éco-volontaires qui viendront se régaler comme moi de ce beau voyage au Kenya …

Pour tous ces moments, toutes ces belles choses à voir et à vivre, un dernier mot : ASANTE SANA !!!!



Manon, 22 ans:

Et dire qu’il y a à peine quelques mois, je pensais ne jamais vraiment voyager… et me voilà à l’autre bout du monde, entourée d’acacias, de bougainvilliers, d’oiseaux multicolores, d’enfants qui accourent à notre passage en disant « mzungu, mzungu ! ».

J’ai été étonnée que l’Afrique puisse être si verte et vallonnée. Chaque paysage que j’ai pu voir m’émerveillait un peu plus chaque fois.

J’ai trouvé ici un endroit idéal pour me ressourcer : des balades sous le soleil, épuisant mais tellement agréable, un cadre magnifique avec une faune et une flore parfois surprenante avec des singes tout autour de nous et le cri des damans pour nous bercer le soir. Par-dessus tout ce voyage, c’est des rencontres !
J’étais entourée de personnes vraiment formidables : des personnes agréables, qui avaient réellement envie de nous transmettre leurs connaissances et leur culture.

Sans oublier nos chers cuisiniers qui chaque jour nous régalaient un peu plus ! Cela fait tant de bien d’être dépaysée, de se sortir de son « train-train » occidental, surtout en étant si bien entourée. J’ai été surprise par le regard des gens locaux : des regards curieux mais toujours respectueux. Ici je me suis réconciliée avec les chevaux (avec la méthode Carolyn Resnick et le travail en liberté).

J’ai été heureuse d’apprendre qui était Mama Daktari et de résider dans ce lieu chargé d’histoire.
Faire des safaris a été une expérience incroyable ; j’étais comme une enfant en découvrant le lac Nakuru, la splendeur du Maasaï Mara et tous ces animaux dans leur milieu naturel !

Ce voyage m’a remplie d’émotions positives, que cela soit en chantant avec les enfants de l’école du camp de réfugiés, en discutant avec ceux de l’orphelinat, en partageant un repas dans une famille locale…
L’arrivée de nuit, dans la boue, avec tous les bagages, le trajet jusqu’au camp de refugiés à 4 sur une moto, les trajets sur pistes qui nous faisaient décoller à 30 cm du siège, les fou-rires avec mes deux co-équipières (Angèle et Léa), l’humour du staff… J’ai vraiment passé un mois à rire de bon cœur !
Etre ici m’a ouvert l’esprit et le cœur, je ne remercierai jamais assez tous les gens qui ont rendu cette aventure possible !



Léa, 22 ans:

Grâce à Muringa Farm, j’ai trouvé la solution pour vivre l’Afrique après l’avoir tant rêvée et imaginée. Le sens du mot « voyage » prend ici toute sa place. L’éco-volontariat était nouveau pour moi, mais j’ai vraiment trouvé en lui un compromis parfait. Je dirais que c’est une « mission » complète dans le sens où il y a une vraie interaction avec la vie locale, ce qui apporte un certain côté humanitaire, puis une interaction avec la nature et les animaux dans leur milieu sauvage.

Pendant 1 mois, j’ai pu faire des observations de singes et d’oiseaux, des soins aux animaux domestiques (ânes, vaches, chevaux…), des randonnées nature avec présentation des vertus thérapeutiques des arbres et plantes, j’ai pu monter à cheval en carrière et en balade.

Puis il y a aussi eu les visites à l’orphelinat et à l’école du camp de réfugiés que Muringa Farm soutient, sans oublier les safaris. J’ai aussi eu la chance de pouvoir prendre un repas chez l’habitant au cœur du village et également de pouvoir passer une soirée et une nuit chez une famille locale dans une maison traditionnelle.

Le village de Subukia n’étant pas du tout touristique, notre passage attise la curiosité de certains villageois qui s’approchent pour saluer et surtout des enfants, complètement fascinés. Je remercie donc Astrid et Erick qui ont rendu mon rêve possible, Angèle et Manon, les 2 autres éco-volontaires qui ont partagé mon séjour et n’ont fait que de l’embellir, et bien sûr le staff, accueillant, présent, serviable, intéressant, et qui donne le goût de revenir.
Note globale 
 
5.0
Avis de Angèle, Manon et Léa 13 décembre 2012
Récemment mis à jour: 13 décembre 2012

Etre ici m’a ouvert l’esprit et le cœur

Angèle 32 ans (qui venait pour la deuxième fois !)

Je suis toujours aussi impressionnée par les paysages, la faune et la flore et toujours aussi ravie par l’accueil des kenyans et le programme qu’Astrid et Erick nous réservent.

Le Kenya : un pays d’une grande richesse par la diversité de ses paysages, la vallée du Rift et ses montagnes volcaniques, les chutes de Thomson, l’environnement si vert de Subukia et le jaune de la savane de Mara. Le Kenya c’est aussi une grande richesse humaine, 42 ethnies et autant de langues, de coutumes et de cultures qui se marient en un joyeux mélange. On peut aisément y rencontrer les locaux qui ont plaisir à vous raconter leur vie, leur pays et rient de vous entendre dire deux mots de kiswahili mais ont à cœur de vous en apprendre plus.

Muringa Farm : la demeure de Mama Daktari, une femme d’exception qui apportait à bord de son petit avion, des soins médicaux aux tribus les plus isolées du Kenya. C’est dans ce lieu chargé d’histoire que nous séjournons.
Sa maison, pleine de ses biens et souvenirs, dont la majeure partie a été remise dans sa disposition originelle et une autre transformée en petit musée par les soins d’Erick et Astrid, nos hôtes. Nous avons ici la chance de toucher du doigt l’histoire d’une aventurière française, une femme altruiste qui reste pour moi un exemple !
La ferme est le lieu de nombreuses activités comme les soins aux animaux domestiques, l’observation des singes tantôt timides, tantôt joueurs, la découverte des usages médicinaux ou pratiques de la flore locale et tant d’autres …

Le staff, avec qui nous passons le plus clair de notre temps est là pour nous montrer, nous apprendre, nous faire comprendre et partager ce mois si dépaysant. Cette équipe de choc c’est Benja qui nous fait suer dans les activités sportives, Vincent et Joseph qui nous initient tout en douceur au travail en liberté avec les chevaux, Samweal qui nous fait découvrir avec beaucoup de gentillesse l’hospitalité kenyane, Ali et Abigaïl qui ravissent nos papilles matin, midi et soir ! Korir, guide impliqué, passionné et encyclopédie vivante sur la faune et la flore du Kenya, nous fait vivre de grands moments en safari.

Edwin, guide de chaque instant, perfectionniste du mot (ou comment remonter son niveau d’anglais en un mois !), d’un humour fin et généreux en explications sur tout ce qui nous entoure, bref notre accompagnateur particulier durant ce mois ! N’oublions pas Esther, discrète et souriante fée du logis, Erick-Mickaël et les autres cow-keepers ainsi que John et Hassan, nos gentils askari.

Durant ce séjour, nous avons également passé du temps avec les villageois, tels que Dixon notre taxi-moto, Shiro la marchande de jus de fruit qui nous a fait l’honneur de nous recevoir chez elle autour d’un repas Kikuyu, les orphelins de Lilian avec lesquels l’échange culturel est à l’honneur avec des jeux de question-réponse/France-Kenya ! Quel bonheur de passer aussi du temps dans la classe d’Harriet avec les enfants de l’école du camp de réfugiés. Un lieu simple et joyeux où se mêlent apprentissage, chants, jeux, partage avec des enfants souriants et curieux.

Mais pas de Kenya sans safari … Le premier à Nakuru où les oiseaux règnent en maître autour du Lake Nakuru, flamants roses, pélicans et tant d’autres. On a aussi la chance d’y croiser des rhinocéros, des singes et des damans des rochers.

Lors du deuxième safari dans le Maasai Mara, nous avons tout simplement l’impression de vivre dans un documentaire animalier !!! Oiseaux de toutes tailles, formes, couleurs. Nous avons pu voir les grands herbivores (antilopes, gazelles, zèbres, gnous …), suivis de près par les grands félins (lions, guépards, léopards), suivis à leur tour par les nettoyeurs de la savane (vautours, hyènes) sans oublier les éléphants, girafes, crocodiles …

Tant de choses à voir, à sentir, à vivre comme un après-midi dans une manyatta, village maasaï traditionnel. Emotion garantie lorsque les hommes du village dansent pour nous accueillir et nous invitent à danser par la suite avec les femmes, ou lors de la visite de la maison traditionnelle. Peuple vêtu de rouge, guerrier, berger qui conserve ses coutumes, les Maasaï nous offre ainsi la chance de comprendre leur existence simple et rude dans un pays sauvage : le Maasaï Mara !

Tant d’autres choses à dire à décrire mais je laisse un peu de place aux autres futurs éco-volontaires qui viendront se régaler comme moi de ce beau voyage au Kenya …

Pour tous ces moments, toutes ces belles choses à voir et à vivre, un dernier mot : ASANTE SANA !!!!



Manon, 22 ans:

Et dire qu’il y a à peine quelques mois, je pensais ne jamais vraiment voyager… et me voilà à l’autre bout du monde, entourée d’acacias, de bougainvilliers, d’oiseaux multicolores, d’enfants qui accourent à notre passage en disant « mzungu, mzungu ! ».

J’ai été étonnée que l’Afrique puisse être si verte et vallonnée. Chaque paysage que j’ai pu voir m’émerveillait un peu plus chaque fois.

J’ai trouvé ici un endroit idéal pour me ressourcer : des balades sous le soleil, épuisant mais tellement agréable, un cadre magnifique avec une faune et une flore parfois surprenante avec des singes tout autour de nous et le cri des damans pour nous bercer le soir. Par-dessus tout ce voyage, c’est des rencontres !
J’étais entourée de personnes vraiment formidables : des personnes agréables, qui avaient réellement envie de nous transmettre leurs connaissances et leur culture.

Sans oublier nos chers cuisiniers qui chaque jour nous régalaient un peu plus ! Cela fait tant de bien d’être dépaysée, de se sortir de son « train-train » occidental, surtout en étant si bien entourée. J’ai été surprise par le regard des gens locaux : des regards curieux mais toujours respectueux. Ici je me suis réconciliée avec les chevaux (avec la méthode Carolyn Resnick et le travail en liberté).

J’ai été heureuse d’apprendre qui était Mama Daktari et de résider dans ce lieu chargé d’histoire.
Faire des safaris a été une expérience incroyable ; j’étais comme une enfant en découvrant le lac Nakuru, la splendeur du Maasaï Mara et tous ces animaux dans leur milieu naturel !

Ce voyage m’a remplie d’émotions positives, que cela soit en chantant avec les enfants de l’école du camp de réfugiés, en discutant avec ceux de l’orphelinat, en partageant un repas dans une famille locale…
L’arrivée de nuit, dans la boue, avec tous les bagages, le trajet jusqu’au camp de refugiés à 4 sur une moto, les trajets sur pistes qui nous faisaient décoller à 30 cm du siège, les fou-rires avec mes deux co-équipières (Angèle et Léa), l’humour du staff… J’ai vraiment passé un mois à rire de bon cœur !
Etre ici m’a ouvert l’esprit et le cœur, je ne remercierai jamais assez tous les gens qui ont rendu cette aventure possible !



Léa, 22 ans:

Grâce à Muringa Farm, j’ai trouvé la solution pour vivre l’Afrique après l’avoir tant rêvée et imaginée. Le sens du mot « voyage » prend ici toute sa place. L’éco-volontariat était nouveau pour moi, mais j’ai vraiment trouvé en lui un compromis parfait. Je dirais que c’est une « mission » complète dans le sens où il y a une vraie interaction avec la vie locale, ce qui apporte un certain côté humanitaire, puis une interaction avec la nature et les animaux dans leur milieu sauvage.

Pendant 1 mois, j’ai pu faire des observations de singes et d’oiseaux, des soins aux animaux domestiques (ânes, vaches, chevaux…), des randonnées nature avec présentation des vertus thérapeutiques des arbres et plantes, j’ai pu monter à cheval en carrière et en balade.

Puis il y a aussi eu les visites à l’orphelinat et à l’école du camp de réfugiés que Muringa Farm soutient, sans oublier les safaris. J’ai aussi eu la chance de pouvoir prendre un repas chez l’habitant au cœur du village et également de pouvoir passer une soirée et une nuit chez une famille locale dans une maison traditionnelle.

Le village de Subukia n’étant pas du tout touristique, notre passage attise la curiosité de certains villageois qui s’approchent pour saluer et surtout des enfants, complètement fascinés. Je remercie donc Astrid et Erick qui ont rendu mon rêve possible, Angèle et Manon, les 2 autres éco-volontaires qui ont partagé mon séjour et n’ont fait que de l’embellir, et bien sûr le staff, accueillant, présent, serviable, intéressant, et qui donne le goût de revenir.

Date du séjour
22 septembre 2012
Type de voyageur
Solo
Ceci vous a-t-il été utile ? 
Bien décidée à partir en tant qu’éco-volontaire en Afrique, je me lance dans les recherches sur internet.

Mais les recherches n’ont pas été bien longues…. A quoi bon continuer une fois qu’on a découvert ce que propose Astrid et Erick? Après quelques mails échangés avec Astrid, l’affaire est bouclée : cet été je pars à au Kenya !

Je découvre un cadre splendide avec des animaux qui grouillent de partout : vous venez à peine de voir les singes sauter dans les arbres que les chiens vous sautent dessus. Les bandas sont très agréables et le restaurant est on ne peut mieux placé au bord de la mer ! (en réalité, c’est un étang mais il ne faudrait pas contrarier le directeur qui a décidé d’y voir la mer, que voulez-vous ! Et la cuisine est … délicieuse ! (je vais rêver encore longtemps des pancakes du petit déjeuner !)

Et tout ça ce n’est que la première impression. Avec le programme concocté par Astrid pour mes 3 semaines, je n’ai cessé de me régaler et d’apprendre pleins de trucs. J’ai appris à reconnaître pleins d’oiseaux et d’arbres, à observer et recenser les singes… Je ne suis pas assez mordue pour faire tout cela toute seule, mais avec Edwin, qui est un vrai passionné, ça en devenait passionnant !

Outre ce contact avec la nature, j’ai adoré le contact avec la population qu’offrent les séjours d’éco-volontariat J’ai pu faire des visites à l’orphelinat et au camp des réfugiés. Les enfants sont hyper souriants et toujours partants pour apprendre une danse, une chanson et pour jouer avec nous, of course ! Ah, et c’est en taxi moto qu’on va au camp des réfugies, I love it ! J’ai pu aller aussi chez des fermiers Kenyans lors de la distribution des harnachements pour soulager nos amis les ânes… Et de temps en temps, il m’a fallu mettre la main à la pâte : soins aux animaux de la ferme spray anti parasitaire, vaccinations… pour moi qui rentre en école véto, c’est top ! J’ai fait mes premières injections sous cutanées en anticipé.

Quant aux horse-training, ils étaient les bienvenus : très intéressée par tout ce qui tourne autour de l’éthologie équine, j’ai été ravie de découvrir une autre approche que celle de la Cense : la méthode Carolyn Resnick, qui me semble poser les bases d’une bonne relation avec le cheval. Je vais l’essayer sans aucun doute avec mon propre cheval dés mon retour ! C’était également un plaisir de pouvoir monter Ouragan et Typhon dans la carrière et en extérieur, surtout que j’étais accompagnée de Vincent, toujours souriant et très amical !
Et toutes ces belles activités sont accompagnées de visites, balades, de cours de swahili avec le super professeur Edwin, de safaris (merci encore à Astrid et Erick…vous comprendrez...) et de trekking à des superbes points de vue sur la Rift Valley.

Les trekkings incluant des arrêts chez la famille de Samweal, on y déguste des thés et repas Kenyans et avec un peu de chance, les enfants offrent des petites chansons et danses ! Au final, j’ai pu constater une nouvelle fois qu’il est bon de se laisser guider par son feeling. C’était un super séjour !

Et la très agréable rencontre d’Astrid et d’Erick, c’est la cerise sur le gâteau ! J’ai adoré pouvoir rigoler et parler de tout avec vous. Merci pour votre simplicité. Et puis, ça donne espoir de voir des personnes qui font les choses en fonction de ce qu’ils aiment et de leurs idéaux.

Bref, mille merci à toutes l’équipe de Muringa Farm. Je repars les yeux pétillants, le sourire aux lèvres… et avec la terrible envie de revenir !
Note globale 
 
5.0
Avis de Céline 13 décembre 2012

Je repars les yeux pétillants, le sourire aux lèvres

Bien décidée à partir en tant qu’éco-volontaire en Afrique, je me lance dans les recherches sur internet.

Mais les recherches n’ont pas été bien longues…. A quoi bon continuer une fois qu’on a découvert ce que propose Astrid et Erick? Après quelques mails échangés avec Astrid, l’affaire est bouclée : cet été je pars à au Kenya !

Je découvre un cadre splendide avec des animaux qui grouillent de partout : vous venez à peine de voir les singes sauter dans les arbres que les chiens vous sautent dessus. Les bandas sont très agréables et le restaurant est on ne peut mieux placé au bord de la mer ! (en réalité, c’est un étang mais il ne faudrait pas contrarier le directeur qui a décidé d’y voir la mer, que voulez-vous ! Et la cuisine est … délicieuse ! (je vais rêver encore longtemps des pancakes du petit déjeuner !)

Et tout ça ce n’est que la première impression. Avec le programme concocté par Astrid pour mes 3 semaines, je n’ai cessé de me régaler et d’apprendre pleins de trucs. J’ai appris à reconnaître pleins d’oiseaux et d’arbres, à observer et recenser les singes… Je ne suis pas assez mordue pour faire tout cela toute seule, mais avec Edwin, qui est un vrai passionné, ça en devenait passionnant !

Outre ce contact avec la nature, j’ai adoré le contact avec la population qu’offrent les séjours d’éco-volontariat J’ai pu faire des visites à l’orphelinat et au camp des réfugiés. Les enfants sont hyper souriants et toujours partants pour apprendre une danse, une chanson et pour jouer avec nous, of course ! Ah, et c’est en taxi moto qu’on va au camp des réfugies, I love it ! J’ai pu aller aussi chez des fermiers Kenyans lors de la distribution des harnachements pour soulager nos amis les ânes… Et de temps en temps, il m’a fallu mettre la main à la pâte : soins aux animaux de la ferme spray anti parasitaire, vaccinations… pour moi qui rentre en école véto, c’est top ! J’ai fait mes premières injections sous cutanées en anticipé.

Quant aux horse-training, ils étaient les bienvenus : très intéressée par tout ce qui tourne autour de l’éthologie équine, j’ai été ravie de découvrir une autre approche que celle de la Cense : la méthode Carolyn Resnick, qui me semble poser les bases d’une bonne relation avec le cheval. Je vais l’essayer sans aucun doute avec mon propre cheval dés mon retour ! C’était également un plaisir de pouvoir monter Ouragan et Typhon dans la carrière et en extérieur, surtout que j’étais accompagnée de Vincent, toujours souriant et très amical !
Et toutes ces belles activités sont accompagnées de visites, balades, de cours de swahili avec le super professeur Edwin, de safaris (merci encore à Astrid et Erick…vous comprendrez...) et de trekking à des superbes points de vue sur la Rift Valley.

Les trekkings incluant des arrêts chez la famille de Samweal, on y déguste des thés et repas Kenyans et avec un peu de chance, les enfants offrent des petites chansons et danses ! Au final, j’ai pu constater une nouvelle fois qu’il est bon de se laisser guider par son feeling. C’était un super séjour !

Et la très agréable rencontre d’Astrid et d’Erick, c’est la cerise sur le gâteau ! J’ai adoré pouvoir rigoler et parler de tout avec vous. Merci pour votre simplicité. Et puis, ça donne espoir de voir des personnes qui font les choses en fonction de ce qu’ils aiment et de leurs idéaux.

Bref, mille merci à toutes l’équipe de Muringa Farm. Je repars les yeux pétillants, le sourire aux lèvres… et avec la terrible envie de revenir !

Date du séjour
12 août 2012
Type de voyageur
Solo
Ceci vous a-t-il été utile ? 
 
15 jours
à partir de
950€ /pers
(base 1 pers)
Wild Routes of Kenya
Proposé par
Wild Routes of Kenya
Vol international : Vol non inclus
Accompagnement : Astrid, vétérinaire et biologiste, et Edwin, guide naturaliste
Hébergement :
  • Camp
  • Ecolodge
  • Gite
- Pension complète
Période : Toute l'année
Conditions : 7 ans - Accessible à tous

Autres voyages Kenya

Les bons plans d'Ecovoyageurs.com

Recevez un peu de rêve dans votre boite email une fois par semaine

Création site de voyage et outils de gestion :

Création site web voyage

Resaconseil est une agence web et marketing spécialisée dans le domaine du voyage et du tourisme. Vous êtes une agence de voyage française, un réceptif francophone, un label ou un réseau et vous êtes déjà établi ou en phase de création ? Avec nos solutions sur-mesure clef en main, nous vous accompagnons de A à Z dans la concrétisation de vos objectifs.